communiqué fédéral suite à l’action du 18 décembre à la FFB

Depuis des mois, la Fédération Patronale du Bâtiment refuse toute réelle négociation portant sur des avancées sociales pour le million de salarié dans ce secteur. Le niveau d’activité est revenu à celui de 2008, un niveau jusqu’alors jamais atteint.

 

 

Le dumping social augmente sans cesse avec les salariés détachés, l’emploi précarisé et une forte progression de l’intérim. Les salaires stagnent et les conditions de sécurité au travail ne sont toujours pas convenables. Toujours un mort par jour travaillé et un accident du travail toutes les cinq minutes, ce qui laissent des dizaines de milliers d’invalides. Nos retraités, contraints de se soigner,  n’ont plus les moyens financiers de le faire, du moins si cela sert encore à quelque chose.

 

Par contre, les séides libéraux de la FFB exercent une répression syndicale d’un autre temps.

 

Ils font du « deux poids, deux mesures ». D’un côté, ils capitalisent des milliards d’euros sur la vie des travailleurs et de l’autre, ils font condamner un défenseurs des salariés à 17 000 € pour jet de confettis et de peinture à l’eau.

 

Le 18 décembre, lors d’une manifestation pacifique de notre fédération, devant leurs luxueux locaux de l’avenue KLEBER, il leur fut offert sur un plateau (par une demande des services de l’état) l’opportunité de recevoir la première organisation du secteur,  la Fédération Nationale des Salariés de la Construction, du Bois et de l’Ameublement.

 

Eh bien, ceux-ci font les bougons et ils restent fâchés pour quelques confettis et de la peinture à l’eau. En fait, on s’en moque de votre bilatéral !

 

Est-ce cela qu’ils appellent le Dialogue Social ?? Que devons nous dire aux familles des victimes, des traumatisés, aux enfants qui ont perdu leurs pères.

 

 

La FNSCBA réitère et redemande l’ouverture de véritables négociations sur les revendications à maintes reprises exposées :

 

                 Salaire, emploi et retraite/anticipée pour les métiers pénibles.   

 

 

Monsieur Chanut, président de la FFB, et vos adhérents Vinci, Bouygues, Eiffage et consorts, nous voyons bien là votre piètre niveau d’assimilation de ce qu’est le dialogue social.

 

Après avoir lâché vos « chiens », des huissiers, afin de culpabiliser une famille entière, par la saisie financière des comptes bancaires de notre administrateur, vous continuez à nier l’évidence, attention aux ricochets !

 

Le 15 janvier, par une manifestation Nationale et/ou par d’autres actions ponctuelles et surprises, vous aurez l’occasion de nous côtoyer.

 

 

Pour la Fédération

Les publications

< > Toutes les publications