Déclaration fédérale. Amiante : La MORT autorisée au nom du bien commun et de l’emploi!

La décision du parquet de Paris de lever les investigations et les procédures pénales en charge de la réparation pour les salariés malades de l’amiante revient à encourager la mort au travail ! C’est un permis de tuer qui est délivré. Depuis 1996, notre fédération travaille en commun avec les associations de défense des victimes de l’Amiante pour que soit reconnu les responsabilités dans le plus grand scandale d’empoissonnement.

 

Nous avions connaissance des consignes données aux commissions régionales de reconnaissance des maladies professionnelles de freiner, voire d’éradiquer tout lien entre pathologies et amiante. Ces commissions ont œuvré avec zèle ! Ce jour, ce gouvernement et son outil de justice de classe  anticipe le futur.

 

La Fédération Nationale des Salariés de la Construction, Bois et Ameublement et  la fédération de l’Equipement CGT avions fait reconnaître, en 2012, la présence massive d’amiante dans les revêtements routiers ainsi que dans les bétons.

 

Le Ministère de l’époque avait décidé du “principe de précaution”, avec le carottage des enrobés à chaque intervention sur la chaussée.

 

La même année, le constat par le service “Air de Paris” fut sans concession:

 

– “l’amiante est présente en sous-sol, au sol et en aérien au-delà des limites préconisées et légiférées !”

 

 

La décision de justice n’a donc pour seul but que de désengager pénalement leurs “amis” empoisonneurs. On nous refait le coup de responsable mais pas coupable (Peu importe le coup du sang !)”.

 

Notre Fédération ne laissera pas cette décision de justice s’installer comme une vérité. Nous œuvrerons pour travailler avec les associations des victimes de l’amiante pour faire reconnaitre le droit des victimes.

Les publications

< > Toutes les publications