Procès Confettis et Peinture à l’eau. La fédération patronale du Bâtiment veut la peau de Philippe CHRISTMANN.

Hier, la justice, en dehors, semble-t-il, de tout cadre légal a fait saisir par un huissier de justice, les comptes financiers et menace de saisir le mobilier de notre Camarade Philippe Christmann, administrateur fédéral.

 

 

 

Nous ne sommes pas dupes ! C’est pour détruire psychologiquement Philippe et choquer son épouse, Chantal, qu’existent de tels comportements et agissements inacceptables et scandaleux. Ils sont à combattre, évidemment, sans réserve.

 

Notre fédération, avec l’ensemble des constructeurs, condamne ces faits  et envoie un soutien fort et entier à notre camarade et à sa famille.
La stratégie de destruction mentale d’un défenseur de la cause des salariés, en plus, responsable du collectif confédéral pour les libertés syndicales, démontre que le capital, avec son bras armé,  le gouvernement, s’est engagé dans la destruction du syndicalisme de lutte.
Cette action est une déclaration de guerre et valide les décisions de notre commission exécutive fédérale de boycotter les négociations avec les branches patronales et conforte notre ambition d’une grande journée de riposte, le 15 janvier prochain.

 

 

Nous appelons, aussi, les salariés à participer au rassemblement devant le siège d’Eiffage à Velissy, le 29 novembre, place de l’Europe à 8hpour défendre les élus victimes de discriminations.

 
La CEF de la semaine prochaine devra débattre des actions à mettre en œuvre.

 

Les publications

< > Toutes les publications